Las Bodas de Cine

09 juillet 2008

This the end...my only friend

P1010941Adieu tout le monde. Je ne suis plus à Madrid voilà près de deux semaines. Un peu du mal à m'en rendre compte. Revoir tant de visages connus en si peu de temps c'est aussi violent que le choc thermique. Passer de 35º à 20º c'est pas évident. Heureusement il y a eu de la bonne musique pour aider. Aussi vais-je faire mes brefs adieux à ce blog par quelques recommandations : Vampire Weekend à écouter et à voir en concert absolument ! À découvrir, le duo de guitaristes mexicains Rodrigo et Gabriela, aller fouiller du côté plus electro psychédélique des Yeasayer pourquoi pas dans la Blogothèque et quitte à dépenser des sous, que ce soit pour aller voir Camille en concert. Pour ceux qui ont un lien particulier avec la Belgique, il n'y a pas que Jacques Brel, il y a aussi Girls In Hawaii...sans girls mais avec pas mal de ptits gars...

Au revoir Madrid, les bars à tapas, les squattages d'apparts inconnus, les trajets en métro de bon matin, l'odieuse université, la fabuleuse sala 1 du Cine Doré, le Círculo de Bellas Artes, notre cher portero si aimable, Bosanova, le bar à mojito de Lavapiés, les botellones, la sangría à 0,43€, les soirées de jeu dans le salon...


A bientôt pour de nouvelles aventures, en espérant vous retrouver à Bruxelles en septembre !

Posté par Annamaste à 09:10 - Commentaires [2] - Permalien [#]

23 juin 2008

Une année Erasmus il faut l'enterrer en beauté. Malgré toutes les désillusions, coups de pompes, les moments de joie, de cuite (oui papa maman je le confesse), d'énervement, toutes les émotions des plus basses aux plus estimables, une année Erasmus, quoi qu'on en dise, n'est pas une année comme les autres. Aussi la cerise sur le  gâteau doit-elle être impérativement accompagnée d'un habillage de chocolat onctueux. Et n'y a-t-il pas meilleur gâteau que celui qui se fait attendre ? En ce dimanche soir, Espagne-Italie oblige, les rues sont désertes et les balcons parés de leurs plus beaux drapeaux rouge et or. Pour cette même raison, le concert est reporté à 23h au lieu de 20h. Le match n'en finit plus, puis se termine, puis on nous annonce que le groupe n'est pas encore arrivé, des hordes d'espagnols en folie bloquent la plaza de Colón et empêchent le bus de passer. Heureusement, ils nous laissent de la musique pour patienter. Deux heures plus tard, Sylvie a eu le temps de courir chez elle prendre des boules Quiès et Balkan Beat Box est en place pour le sound check.

balkan_beat_box

Puis tout à coup, sans prévenir, sans repasser par les coulisses, ils entament leur premier morceau, indifférents aux fait que nous ne sommes même pas une centaine dans le salle. Il est minuit et nous voilà partis pour deux heures de concert de puta madre, rythmes des Balkans, saxos entêtants et stromboscope à l'appui. On danse sans même s'en rendre compte, presque en transe comme dans un concert de Tinariwen. Ça pourrait être toujours la même chose, ça pourrait durer des heures et des heures, toute le nuit même, maintenant qu'on a attendu on est prêts à rester jusqu'au bout. Et ils en sont reconnaissants. Ce soir ils ont mis le paquet, sont revenus trois fois acclamés par un public qui a résisté aux lumières de la sala Heineken qui leur indiquaient tout droit la sortie.

Wahou.... wahou quoi... j'ai les oreilles qui saignent... wahou. WAHOU ! WA-HOU !

Posté par Annamaste à 02:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
18 juin 2008

P1010501Ne pas trop réfléchir. Ne JAMAIS trop réfléchir. Au risque de se retrouver avec des occasions manquées, pas graves mais regrettables. Assises sur une terrasse de café, Giulia tend le bras et me dit "Ah regarde c'est le mec que t'as pris en photo au concert". Le rasta de Susheela Raman que j'avais effectivement photographié regardant tendrement son enfant dans les yeux passait sous mon nez. Comme une idiote j'ai gambergé au lieu de l'aborder directement et lui proposer de lui envoyer une photo qui lui ferait sûrement plaisir. C'est quand il disparut derrière une camionnette que je me décidai à lui courir après comme une dératée. Perdu de vue puis le voilà qui réapparaît...de l'autre côté de la rue. Le feu est rouge, les voitures démarrent. Tant pis !

Posté par Annamaste à 01:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 juin 2008

Juin au quotidien. Vivement la fin.

P1010826

Posté par Annamaste à 15:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juin 2008

L'Heure d'été

Il est 17h et quelques. Personne dans les rues, c'est enfin l'été et on approche des 30º. Les persiennes sont tirées et à l'exception des quelques badauds qui s'attardent sur les terrasses, ce sont des éclats de voix qui nous indiquent que derrière ces rideaux baissés on continue de vivre. 17h45, des applaudissement se font entendre simultanément autour de la Calle Conde Duque. Le nez en l'air, des gros gaillards sont accoudés au bar, leur bière à portée de main pour un maximum de commodité. C'est Espagne-Suède. Les jambons pendent au mur, des serviettes en papier froissées jonchent le sol, mais peu importe, tout le monde regarde en l'air la petite télé coincée dans un coin. Ailleurs le reste du monde s'en fiche. Il fait grand beau, il fait chaud et presque rien ne bouge.

P1010618

P1010725

P1010762


P1010753

Posté par Annamaste à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 juin 2008

Ainsi soit-il

Updating Annaelle's obituary :


P1010442b

Le beau temps est enfin revenu. L'été a bien commencé. On nous avait prévenu : il fait chaud !


Mais comme on dit, un mal pour un bien. Après avoir (enfin) réussi mon exam d'hier sur l'Histoire du Cinéma Espagnol, je me vautre en beauté aujourd'hui en Historia de la Comunicación Social. Ne me reste plus qu'à aller faire les yeux de chien battu le jour des résultats pour voir si je peux me rattraper.

Ce nouvel échec me fait prendre conscience d'une chose : il est temps que les choses commencent à être un peu pratiques. Ras le bol du bourrage de crane. La seule chose que j'aie apprise c'est comment ne pas réfléchir. Instructif.

Le temps passe, les jours se fanent, le décompte est lancé, trois semaines et pas une de plus.

"Pliez les genoux" qu'ils disaient ! Bientôt la fin de Roland Garros... rien que d'y penser je me sens déjà seule !

Posté par Annamaste à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mai 2008

garrelphilippePhilippe tient bon !
Je ne me ferai pas la violence de copier ici toutes les critiques à chaud que je viens de lire à propos de l'accueil cannois de La frontière de l'aube. Sifflets, plus mauvais film de la quinzaine. J'en passe et des meilleures. Un flop parait-il, que je ne peux même pas contester, n'ayant pas vu le film. N'étant pas non plus à l'abri d'une déception après le très émouvant, le magnifique, le cultissime et fabuleusement exceptionnel (vous dites quand j'en fais trop) Les Amants Réguliers, je tiens quand même à dire au nom de la politique des auteurs (qui a parfois bon dos) que Garrel est un grand cinéaste, reconnu et admiré, que je l'aime et que tous les moutons qui n'attendent qu'une chose, qu'on leur resserve une bonne louche de Chtis aillent au diable. Et commencez pas, j'emmerde les Chtis SI JE VEUX !

Posté par Annamaste à 21:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]